Définitions simplifiées:
La systématique est la méthode pour classer le vivant,
La taxinomie est la classification elle-même, résultante de l'application de la méthode.


La classification traditionnelle

La classification traditionnelle ou classique est inspirée des travaux de Linné mais elle fut remise en cause par les dernières découvertes scientifiques (tests ADN). Cette classification est celle que l'on apprenait à l'école il y a encore quelques années et que l'on trouve dans de nombreux livres et sites Internet.
Cette classification est organisée en 5 règnes :

  • bactéries et organismes dépourvues de noyau,
  • organismes unicellulaires,
  • champignons,
  • végétaux,
  • animaux

Les espèces sont classées d'une manière pyramidale dont le sommet est l'espèce : (vivant) → règne → embranchement → classe → ordre → famille → genre → espèce

Voici un petit passage du roman de Jules Verne Vingt mille lieues sous les mers dans lequel il décrit parfaitement la classification des espèces.
Nous sommes au début du roman, la frégate Abraham Lincoln rencontre enfin le monstre marin (Cétacé ou Narval géant). Le professeur Aronnax observait alors cet être exceptionnel.
L'ordre des Cétacés comprend trois familles : les baleines, les cachalots et les dauphins, et c'est dans cette dernière que sont rangés les narvals. Chacune de ces familles se divise en plusieurs genres, chaque genre en espèces, chaque espèce en variétés. Variété, espèce, genre et famille me manquaient encore, mais je ne doutais pas de compléter ma classification...


Nom binominal pour nos bestioles

Un nom binomial ou ''binom'' est une combinaison de deux mots en latin servant à désigner une espèce précise. Le premier mot correspond au genre et le second désigne l'espèce au sein du genre précité.
Dès le 16ième siècle, Guillaume Rondelet et Pierre Belon utilisèrent ce type d'écriture et son usage fut systématisé par Carl von Linné au 18ième siècle.
Les noms binominaux instaurés par Linné ont remplacé les "noms vulgaires" comme par exemple, lion en Panthera leo , mouche domestique en Musca domestica ...
Particularités d'écriture : le nom binominal latinisé s'écrit toujours en italique quand le texte est en typographie romaine, et inversement. Le nom de genre s'écrit avec la majuscule.

L'abréviation "sp." est utilisé lorsque le nom spécifique actuel de l'espèce ne peut pas ou ne doit pas être spécifié.
L'abréviation "spp." (pluriel) indique "plusieurs espèces".
Particularité d'écriture : Ces abréviations ne sont pas en italique. Exemple : Canis sp. signifie une espèce non spécifiée du genre Canis tandis que Canis spp. signifie deux espèces ou plus du genre Canis.

Pour désigner une espèce non identifiée. L'intérêt pour le photographe animalier est que, s'il détermine uniquement le genre mais pas l'espèce, il peut ainsi provisoirement identifier l'animal comme par exemple une mouche étant une Musca sp.
Il peut également "tagger" la photographie en "espèce indéterminée".


Le classement phylogénétique

Cette section est à compléter.


Clés de détermination

Une clé de détermination d'animaux (et de plantes) est un chemin décisionnel au cours duquel il suffit de répondre par oui ou par non (ou par vrai ou faux) à un ensemble de critères physiques présentés par l'animal. A chaque fois qu'une réponse est affirmative, il suffit de suivre le chemin jusque la question suivante.
Ainsi s’oriente-t-on vers le nom de l’espèce.
C'est un outil bien pratique mais la qualité de la clé doit permettre d'aboutir au nom de l'espèce le plus rapidement possible. Ce n'est pas toujours aussi simple, croyez-moi.
Tous les guides animaliers présentent leur clé de détermination, avec plus ou moins de réussite, à chacun d'essayer pour s'en convaincre. Avant tout achat, je vous conseille de bien valider la clé utilisée dans le guide. J'ai pour exemple un bouquin sur les oiseaux où la clé de détermination se base sur la couleur globale de l'animal, sympa semble-t-il. Pourtant je ne l'utilise pas car à chaque fois je feuillette près de 300 pages à rechercher l'oiseau en question.

Cette galerie photo tente de ranger les animaux dans ce type de classement, les boites "oranges" correspondent aux catégories du site.
classement phylogénétique
Clé de détermination simplifiée qui permet d’aboutir à de grands groupes du vivant
Source : soutien67.free.fr

Références


Considérations d'un photographe amateur

Cette section est à compléter.

Exifs or not

Soyons simple, une photo ou une image que l'on trouve jolie, qui plait n'a pas besoin de lister ses éléments techniques. Qu'importe la vitesse, l'ouverture ou la sensibilité utilisées si la photo fonctionne. C'est un peu comme si l'on demandait à un peintre la marque des huiles et des pinceaux qu'il a utilisés.
Une position bien tranchée pour une galerie d'images et je l'assume.

Alors les Exifs, utiles ou non?
Bien sûr que ces éléments sont utiles mais uniquement pour le photographe. Ils ont normalement été choisis lors de la prise de vue (le fameux triangle de l'exposition) et sont enregistrés dans le code des photographies, ce sont les Exifs.
De mon point de vue, ils sont indispensables pour le photographe qui souhaite améliorer ses prises vue en comparant ses propres photographies. Celles des autres n'apportent que peu d'information sur l'instant, je veux exprimer le fait que la lumière, les mouvements sont toujours différents d'un moment à l'autre et que copier bêtement les exifs d'une tiers personne ne sert à rien. Mieux vaut tester par soi-même.

Les Exifs



Migration des photos en-cours...

Situation de la migration de photos (par année)
1981, 1986, 2003, 2004, 2005
2006, 2007, 2008, 2009, 2010
2011, 2012, 2013, 2014, 2015
2016, 2017, 2018,2019



Chtipecheur Pêche Photo Nature

Pêcheur de loisirs du bord de mer depuis maintenant un peu moins de vingt ans, j’ai rapidement ressenti le besoin de consigner mes connaissances de "pêcheurs du dimanche" sur Internet, il suffit de consulter mes tous premiers articles. Le site "Chtipecheur" naquit un peu plus tard en 2003.
Aujourd’hui, je pêche toujours en bord de mer et également en étang et le temps que je passe près de l’eau reste et restera la plus belle des leçons de pêche. Depuis 2003, je suis bénévole dans une association de pêche au coup où je gère le site Internet.

Une seconde passion, vieille cette fois de l’enfance est la photographie.
L’ère du numérique facilite bien les choses ne serait-ce son aspect pécuniaire. Année après année, mon style photographique évolue et je pense me situer aujourd’hui comme photographe amateur animalier. Insectes, coquillages, poissons, oiseaux sont autant de sujets que je "shoote" régulièrement avec beaucoup de plaisir bien loin des grands animaux d’Afrique. Les zoos et les aquariums permettent également de voyager et de prendre de magnifiques clichés. Ainsi, le site "Chtipecheur", purement technique pêche, s’enrichit semaine après semaine de photographies animalières, de paysage et de pêcheurs en action. Certains articles sont d’ailleurs prétextes pour présenter ce travail. Les sujets qui m'inspirent sont les paysages, le ciel, les fleurs, les insectes, les animaux, La pierre et la lumière. J'utilise diverses techniques photographiques tel que les panoramiques, la macro, en images numériques couleurs et noir et blanc.